Quels sont les avantages métier et business à adopter une architecture réactive ?

image représentant les lumières d'un dôme

« Le meilleur moment pour planter un arbre était il y a 20 ans.
Le deuxième meilleur moment est maintenant !»

Les architectures réactives ont été introduites sur le marché depuis bientôt une décennie et ont révolutionné les systèmes d’information en apportant une grande agilité et une meilleure adaptation au changement. Chaque jour, de nombreuses entreprises franchissent le pas, souvent convaincues par les résultats de leur pairs, ou à la suite d’un événement malheureux rencontré sur un SI traditionnel.
Avant de se lancer, Il est légitime de se demander ce que l’architecture réactive apporte pour le métier, car celle-ci représente un investissement pour les managers, directeurs et responsables de SI. Tout d’abord, qu’est ce qu’une architecture réactive ?

Qu’est ce qu’une architecture réactive ?
Une architecture réactive est une architecture qui répond à 4 principes :

  • Être orienté message : les différents composants des architectures doivent communiquer via l’envoi de message de manière asynchrone. En d’autres termes, il faut éviter au maximum de bloquer les composants pour attendre des réponses à des requêtes. Cela garantit un couplage faible des composants et facilite la mise en oeuvre des trois autres principes.
  • Être résilient face aux erreurs : les erreurs sont inévitables. Une coupure réseau, une anomalie non détectée en phase de recette, ou une dépendance externe indisponible sont des exemples parmi tant d’autres. Le système doit être résilient face à des erreurs, c’est à dire qu’il doit pouvoir se remettre automatiquement dans un état de fonctionnement normal quel que soit l’échec rencontré.
  • Être souple et élastique : face à la montée ou à la baisse de charge, le système d’information doit pouvoir s’adapter de manière à ce que le SLA ne soit jamais affecté. Cela est réalisé au travers d’un ajustement des ressources alloués à chacun des services du système.
  • Être disponible : quelle que soit la charge de travail, l’erreur rencontrée ou le contexte d’exécution, le système doit répondre dans un temps décent et assurer une qualité de service vis à vis des sollicitations de l’utilisateur.
4 principes pour les architectures réactives : responsivité, résilience, elasticité et asynchronicité des communications
Les quatres principes des architectures réactives

Un manifeste, signé par près de 25000 personnes au moment de l’écriture de cet article, encadre la définition exacte d’un système réactif et est disponible ici : https://www.reactivemanifesto.org/fr

Quels avantages y a-t-il à implémenter des systèmes réactifs ?
S’agissant de prendre la décision pour une équipe, un pôle ou une branche de l’entreprise, le doute s’installe quant à la valeur ajoutée d’un point de vue business des architectures réactives. Nous vous avons listé ici les principaux avantages à migrer vers un système réactif.

1- Augmenter la réactivité face au besoin de l’utilisateur :
Un client est par définition exigeant. Lorsqu’un besoin se fait entendre, la fenêtre pour y répondre se fait courte. D’autant plus qu’à l’ère de la digitalisation, ce besoin évolue rapidement. Un cycle de développement classique ne permet pas de mettre en production assez rapidement pour répondre en temps et en heure, d’où le besoin d’agilité.

Pour des systèmes d’information classique, le couplage fort entre les différents composants ralentit considérablement les phases de développement. Les tests de non régression sont de plus en plus nombreux, les déploiements de plus en plus lents et l’application en elle-même ralentie.

Dans une architecture réactive, le couplage faible entre les composants rendu possible grâce aux communication asynchrones augmente les possibilités d’agilité dans le développement et les déploiements.

2- Absorber les montées en charges pendant les périodes pleines :
Faire la queue dans une boutique (souvent une franchise) et voir que la personne à la caisse est ralentie dans son travail, “à cause du système”, cela nous est déjà arrivé. Ces ralentissements ont lieu durant les heures de pointe où l’afflux de clients est le plus important. Malheureusement, c’est aussi à ce moment là que beaucoup de clients ressentent de la frustration vis à vis du service qui leur est fourni.

Un système réactif absorbe les montées de charge en adaptant les ressources sous-jacentes aux applicatifs. Cette adaptation est encouragée par l’utilisation du cloud où les ressources peuvent être augmentée simplement dans un système d’information. En combinant une architecture réactive et un hébergement cloud, l’élasticité est considérablement augmentée, fournissant à l’utilisateur finale une expérience optimale.

3- En finir avec les systèmes qui tombent en cascade
Aucune entreprise ne veut apparaître sur les news lorsque son système d’information est en échec. Aussi, aucune entreprise ne peut se prémunir à 100% de l’échec de l’un de ses services informatiques. Alors qu’est-il possible de faire à ce moment-là ? Diminuer le couplage des composant au minimum possible ?

L’un des principes de base de l’architecture réactive est son orientation message, les communications se font de manière asynchrone et les couplages entre les différents composants sont faibles. Dans de telles architectures, le risque d’échecs en cascade est grandement diminué voire totalement supprimé. Pour assurer la résilience d’un service qui échoue, un système réactif met en place une mécanique d’auto-réparation (par la réplication de ses données, les réinitialisations automatiques de systèmes défaillants etc…)

4- Augmenter les résultats et le taux de conversion
“Un client satisfait est un client qui revient”
Pour satisfaire le besoin du client, il faut lui fournir une expérience d’utilisation agréable. Eviter les pages qui ralentissent, les applications qui se ferment sans raison apparente, les résultats incohérents.

Un client doit avoir un service qui répond à son besoin rapidement, oui, mais aussi qui s’adapte à l’évolution de celui-ci. Lorsqu’une banque repère le besoin de ses clients en terme de coaching, il faut qu’elle puisse adapter son système assez rapidement pour gagner la confiance et l’adhésion de son client. D’autant plus que dans un domaine concurrentiel, cette rapidité d’itération doit être accrue pour ne pas perdre de part de marché.

Agilité et architectures réactives vont de pair
les organisations qui définissent des systèmes … sont contraintes de les produire sous des designs qui sont des copies de la structure de communication de leur organisation.”  Melvin Conway

Concevoir un système réactif avec des méthodologies agiles permet de catalyser la transformation du SI. Les avantages que procurent cette combinaison sont nombreux et méritent un article spécifique. Un des avantages les plus remarquables est que la taille d’équipe Agile (pizza team ~ 6 à 12 personnes) est optimale pour gérer quelques microservices réactifs. Pour un système réactif, les dépendances entre équipe sont réduites et favorisent l’autonomies de celles-ci.

Pour aller plus loin :
Un cours réalisé conjointement par Lightbend et IBM (partenaires de Mind7 Consulting)
“Reactive Microservice Architecture” par Jonar Boér, co-auteur du manifeste réactif et CTO de Lightbend

 

Ismail Hrimech,
Tech Lead Big Data

Scrum ou pas Scrum : telle est la question !

Aujourd’hui, Nidhal Daghrir, Coach Scrum expert Agile chez Mind7 Consulting, a souhaité partager son point de vue et sa réflexion sur une question qui revient régulièrement dans la mise en place de projets : dois-je implémenter Scrum dans mon équipe ?

Peut-être pensez-vous qu’en tant que Scrum Master Professionnel, Consultant et surtout « agile fan », je répondrai systématiquement OUI ??! Eh bien, NON !! Vous vous trompez.
Laissez-moi vous expliquer pourquoi avant de me juger !

Je suis conscient que l’implémentation du Scrum dans une équipe est une mission difficile, périlleuse et nécessitant un effort continu, mais ce n’est pas pour ces raisons-là que je me démotive et réponds oui à tous les coups !

Ce que j’essaie de faire avant de répondre à la question, c’est de m’assurer que le produit et le travail demandé à l’équipe soit compatible avec le Framework Scrum. Ainsi, je suis parvenu à formaliser 3 questions simples et non scientifiques auxquelles on peut répondre par oui ou par non et avec lesquelles je peux creuser le besoin du demandeur.

Voici ma recette :

1- votre produit est-il incrémental ?
2- la quantité de travail et sa complexité nécessitent-elles une équipe d’au moins 3 personnes pour tenir les délais ou est-ce un travail qui peut être fait individuellement ?
3- Sommes-nous en capacité de planifier la majorité du travail demandé ?

Si toutes les réponses sont positives, alors je peux recommander Scrum. S’il y a 2 oui sur 3, Scrum peut aider l’équipe significativement à atteindre son objectif. Si c’est moins de 2 affirmations positives alors probablement la mise en place de Scrum sera très couteuse par rapport à son apport ; et pire, elle peut ajouter une complexité et une perte de temps et d’énergie pénalisante pour l’équipe.

Vous l’aurez peut-être remarqué, mais aucune question sur l’organisation en place, le type d’activité, la culture ou encore la transparence et la confiance mutuelle entre les membres de l’équipe n’est présente. La raison est simple, ce sont des paramètres qui m’aideront à estimer l’effort que je devrai fournir pour que l’équipe adopte Scrum avec succès.
Maintenant, si je reprends ma casquette de Consultant, ces 3 questions me permettront de savoir si je peux commencer mon coaching de l’équipe sur Scrum ou si je dois orienter mon client vers d’autres pratiques agiles plus adaptées.

Les questions sur la culture ou l’organisation sont des questions plus complexes, on ne peut pas y répondre simplement par oui ou par non, et, il faut être plus précis et aller plus loin dans la réflexion avec le client.

Nidhal D.

Retour sur la 4ème édition du Devops D-Day

 

Retour sur notre participation à la 4ème édition du Devops D-Day, qui s’est tenu à Marseille le jeudi 15 novembre 2018. Ce salon est le plus important et le plus attendu dans le secteur DevOps et rassemble tous les acteurs de l’IT. Cette année, plus de 1200 passionnés par l’écosystème DEVOPS/CLOUD/DOCKER, dont Joël Perez, Consultant technique chez Mind7 Consulting, avaient répondu présents. Il nous livre ses impressions sur cette riche journée !

Quelle est ta satisfaction globale concernant cet événement ? Je suis très content d’y avoir participé, j’ai pu échanger avec des éditeurs et des experts dans le domaine du devops, ce qui a permis de découvrir des outils à la pointe du marché et des retours d’expérience me donnant des idées pour mes projets en cours et à venir. Ça contribue personnellement à ma veille technologique.

Quelle était la pertinence des thématiques abordées ? Les sujets étaient très variés, il y avait beaucoup de conférences et si j’avais pu, j’aurais aimé en faire d’avantage. Les thèmes abordés étaient très riches et de bonne qualité, avec des présentations pas du tout généralistes, ce qui donne vraiment envie de creuser le sujet.

As-tu des commentaires sur les intervenants ? De manière globale, les orateurs ont assuré. Étaient présents des éditeurs, comme NGINX, VMWARE, DOCKER, Elastic, des experts et des consultants qui ont fait des démos et des retours d’expérience très pertinents. Il y avait aussi des évangélistes assez pointus que j’avais déjà rencontrés, dont Julien Lendure de Zenika, David Pilato d’Elastic et Vincent Meoc de VMWare. Toute la journée, j’ai pu assister à plusieurs conférences sur des retours d’expérience divers :
–  la démo live du dernier outil pour le cloud par VMWare
–  la haute disponibilité par Thales,
–  le DevSecOps par Treeptik pour une grande société
D’ailleurs, le dernier sujet m’a particulièrement bluffé, il a suscité un fort intérêt pour nous tous, tant par son côté novateur et précurseur des bonnes pratiques à adopter que par l’exploration des règles de sécurité drastiques qu’on peut mettre en place dans un projet. Beaucoup de nouvelles pistes à explorer !

Comment était le lieu de l’évènement ? Époustouflant ! Le Vélodrome de Marseille, même si on n’est pas un fan de foot, on apprécie la grandeur de ce genre de lieu.Dans l’ensemble, les workshops et stands du salon étaient classiques, excepté le stand de VMWare qui proposait une excellente animation gourmande en plus de son intervention/ démo live !

Qu’est-ce qui aurait pu être amélioré ? Peut-être la partie monitoring sur la clusterisation, j’aurais souhaité qu’elle soit plus détaillée… En revanche, j’ai adoré entendre parler d’outils et de concepts nouveaux qui vont me simplifier la vie, me faire gagner du temps et améliorer ma qualité de travail. Pour le prochain DevOps Day, si d’autres grands noms de l’édition venaient, ce serait parfait.

Quelle est la probabilité que tu participes à la prochaine édition ? 100 % ! Si, bien sûr, j’en ai l’opportunité, j’y vais !

Si tu devais résumer cette journée en 3 mots ? Echanges, expertise, et… Audacieux !

Merci Joël pour ce retour plus que positif !

Mind7 Consulting s’installe au Luxembourg !

Mind7 Consulting a connu une forte croissance et ne va pas s’arrêter en si bon chemin…

En effet les premiers bureaux en dehors de nos frontières ont été inaugurés, et nous avons désormais un pied à terre au Luxembourg ! Nous étions déjà présents sur le marché Luxembourgeois depuis les débuts de Mind7 Consulting en 2011, nous serons donc désormais plus proches de nos clients et en capacité d’intervenir plus fortement localement.

Notre présence au Luxembourg est d’autant plus forte que, Myrtea Metrics, petite soeur de Mind7 Consulting, a été retenue par le #LePlateauLux de Société Générale comme une des premières startup a être accueillie et bénéficier de ce cadre.

[shareaholic app=”share_buttons” id=”22893663″ class=”m7-vc-post_share_buttons”]

Mind7 Consulting intègre son nouveau siège pour soutenir sa croissance

Mind7 Consulting, cabinet spécialisé dans le traitement des données et la mesure de la performance, poursuit son expansion. En 2017, Mind7 Consulting a une nouvelle fois connu un développement soutenu sur ses domaines d’expertise en accompagnant ses clients historiques et de nouveaux entrants dans leurs différents projets. Cela s’est traduit pragmatiquement par une hausse de plus de 60 % de son chiffre d’affaires.

C’est dans ce contexte que l’ESN a intégré son nouveau siège sur Paris afin de réunir ses équipes et de leur proposer un cadre de travail unique. En effet, ces locaux ont pour vocation de permettre à chacun d’évoluer dans les meilleures conditions et de favoriser le travail collaboratif. Ce nouveau siège sera aussi une vitrine du savoir-faire de Mind7 Consulting qui pourra y accueillir ses clients et partenaires pour travailler avec eux sur leurs différents projets.

Cette annonce permettra enfin à l’ESN d’accueillir de nouveaux collaborateurs. 40 postes sont ouverts : Consultant Data seach, Consultant Fonctionnel, Scrum Master, etc

Andrea ZERIAL et Stéphane HUGOT, Directeurs associés de Mind7 Consulting « La croissance importante de nos résultats nous conduit à renforcer notre organisation et nos différentes équipes. L’intégration de notre nouveau siège sur Paris est une étape-clé et va nous permettre de renforcer l’attractivité de notre marque employeur. Nous allons investir à nouveau pour continuer à accroître notre qualité de service et permettre à nos clients de mener à bien leurs projets. »

 

Retrouvez cet article publié sur :

https://www.solutions- numeriques.com/communiques/ mind7-consulting-integre-son- nouveau-siege-pour-soutenir- sa-croissance-2/
https://lentrepriseconnectee. com/articles/175233/mind7- consulting-integre-son- nouveau-siege-pour-soutenir- sa-croissance.html
http://www.itnumeric.com/ mind7-consulting-integre-son- nouveau-siege-pour-soutenir- sa-croissance-communique/
https://itchannel.info/ articles/175233/mind7- consulting-integre-son- nouveau-siege-pour-soutenir- sa-croissance.html
http://www.bourseactu.com/ news/180768/mind7-consulting- integre-son-nouveau-siege- pour-soutenir-sa-croissance
https://infodsi.com/articles/ 175233/mind7-consulting- integre-son-nouveau-siege- pour-soutenir-sa-croissance. html

[shareaholic app=”share_buttons” id=”22893663″ class=”m7-vc-post_share_buttons”]